in

Septembre jaune: il faut parler de suicide

Septembre jaune: il faut parler de suicide

La campagne jaune de septembre est une initiative du CVV – Centre pour la valorisation de la vie – et se déroule tout au long du mois de septembre, alertant la population brésilienne sur la dépression et le suicide.

Chaque année, environ 800 000 personnes meurent par suicide dans le monde, selon l’OMS – Organisation mondiale de la santé.

Ce sont des nombres expressifs, qui révèlent un problème de santé publique complexe, avec de graves conséquences émotionnelles, sociales et économiques.

Septembre jaune: il faut parler de suicide

Et cela rend le débat sur le sujet indispensable pour éviter de nouveaux cas et, bien sûr, pour traiter la situation avec toute la délicatesse qu’elle demande.

Par conséquent, nous avons décidé d’exposer les données publiées par l’OMS et le ministère de la Santé et de soulever la discussion sur le sujet.

De cette manière, nous entendons éclairer le débat et prévenir les comportements nocifs et préjudiciables.

Nombres et données

Septembre jaune: il faut parler de suicide

Les données publiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indiquent un scénario mondial:

  • Le nombre de décès par suicide, dans le monde, pour l’année 2003 était d’environ 900 000 personnes.
  • Dans le groupe d’âge de 15 à 35 ans, le suicide fait partie des trois principales causes de décès.
  • Au cours des 45 dernières années, la mortalité par suicide dans le monde a migré en pourcentage du groupe des personnes âgées vers celui des personnes plus jeunes (15 à 45 ans).
  • Chez les personnes âgées de 15 à 44 ans, le suicide est la sixième cause d’incapacité.
  • Pour chaque suicide, il y a en moyenne 5 ou 6 personnes proches du défunt qui subissent des conséquences émotionnelles, sociales et économiques.
  • 1,4% du fardeau mondial causé par la maladie en 2002 était dû aux tentatives de suicide, et on estime qu’il atteindra 2,4% en 2020.
  • Le Brésil fait partie du groupe des pays à faible taux de suicide.
  • Ces taux variaient de 3,9 à 4,5 pour 100 000 habitants chaque année, entre 1994 et 2004 (Source: MS / SVS, 2006).
  • Cependant, étant un pays peuplé, il fait partie des dix pays ayant le nombre absolu de suicides le plus élevé (7 987 en 2004).

Bien que le Brésil ait un taux général jugé faible par l’OMS, les données identifiées dans la série de 1994 à 2004 indiquent que certains États brésiliens ont déjà des taux comparables à ceux des pays indiqués comme ayant une fréquence moyenne à élevée.

En outre, ils suivent la même tendance à la hausse et présentent un coefficient agrégé pour les hommes et les femmes de 3,7: 1 (données de 2004), similaire à la moyenne de nombreux pays.

Bien que la mortalité chez les hommes soit plus élevée, l’augmentation proportionnelle des taux au cours de la période était de 16,4% pour les hommes et de 24,7% pour les femmes.

Panneaux de signalisation

Septembre jaune: il faut parler de suicide

Dans un livret publié par CVV, plusieurs questions courantes sur le sujet sont notées et répondues.

Par exemple, l’un des faux mythes sociaux entourant le suicide est que la personne qui a l’intention de se suicider ne prévient pas, n’en parle pas.

Cependant, nous savons que ce n’est pas vrai et que nous devons considérer sérieusement tous les signes avant-coureurs qui peuvent indiquer que la personne pense au suicide.

Cependant, avant de passer à chaque panneau d’avertissement, il convient de rappeler que ces panneaux ne doivent pas être considérés isolément.

Il n’y a pas de moyen prédéfini de détecter en toute sécurité une crise suicidaire chez une personne proche.

Cependant, une personne en détresse peut donner certains signes qui devraient attirer l’attention des membres de la famille et des amis proches, surtout si plusieurs de ces signes apparaissent en même temps. Sont-ils:

  • L’apparition ou l’aggravation de problèmes de conduite ou de manifestations verbales pendant au moins deux semaines doit également être prise en compte;
  • Ces indicateurs ne doivent pas être interprétés comme des menaces ou du chantage émotionnel, mais plutôt comme des signes avant-coureurs d’un risque réel. Par conséquent, il est très important d’être compréhensif, en plus d’être disposé à parler et à écouter la personne sur la raison d’un tel comportement, en créant un environnement paisible, sans juger la personne affectée;
  • Parler ouvertement à la personne de ses pensées suicidaires ne l’influencera pas pour y parvenir. En lui parlant de cela, vous pouvez découvrir comment l’aider à supporter les sentiments, souvent pénibles, qu’elle éprouve et l’encourager à rechercher un soutien professionnel;
  • Inquiétude concernant sa propre mort ou son désespoir. Les personnes à risque de suicide ont tendance à parler de mort et de suicide plus que d’habitude, avouent-ils
    se sentir désespéré, coupable, manquer d’estime de soi et avoir une vision négative de sa vie et de son avenir. Ces idées peuvent être exprimées par écrit, verbalement ou par des dessins;
  • Certaines personnes commencent à rédiger un testament ou à souscrire une assurance-vie. surtout ceux qu’ils utilisaient et aimaient faire.

Expression d’idées ou d’intentions

Septembre jaune: il faut parler de suicide

Certains commentaires ou expressions répétées sont également des signes avant-coureurs. Alors restez à l’écoute pour les commentaires ci-dessous:

  • « Je vais disparaître. »
  • « Je vais vous laisser seul ».
  • «J’aimerais pouvoir dormir et ne jamais me réveiller»
  • « Il est inutile d’essayer de faire quelque chose pour changer, je veux juste me suicider »

L’isolement est également un problème.

Les personnes ayant des pensées suicidaires peuvent s’isoler, ne pas répondre aux appels téléphoniques, interagir moins sur les réseaux sociaux, rester à la maison ou enfermées dans leur chambre, réduire ou annuler toutes les activités sociales.

Donc, il est important de faire attention aux signes.

Demander de l’aide

Septembre jaune: il faut parler de suicide

Comme nous l’avons déjà mentionné dans les articles précédents, les hommes ont tendance à prendre le temps de demander de l’aide. Ne fais pas ça. Si vous connaissez une personne qui présente des symptômes de dépression ou les signes ci-dessus, offrez-lui de l’aide et indiquez clairement qu’elle n’est pas seule.

D’autre part, si vous vivez une crise dépressive, avez des symptômes de dépression, d’anxiété ou d’une autre instabilité émotionnelle, demandez de l’aide. Vous n’êtes pas obligé de vivre cela seul!

Nous avons déjà fait une histoire avec plusieurs options pour des endroits où chercher une aide psychologique gratuitement, jetez un œil ici.

Mais vous pouvez demander de l’aide principalement à travers ces institutions:

Centre d’évaluation de la vie – CVV

Téléphone: 141 (appel payant) ou www.cvv.org.br pour chat, Skype, e-mail et plus d’informations sur. Appel gratuit.

Urgence

SAMU 192, UPA, Pronto Socorro, hôpitaux.

Services de santé

CAPS et unités de santé de base (santé familiale, postes et centres de santé).

What do you think?

34 points
Upvote Downvote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coupes de cheveux pour hommes: les 8 meilleurs styles [ATUALIZADO 2021]

10 piscines d’hôtel avec les meilleures vues du monde